Martin Margiela, deux expositions d’un créateur iconoclaste à Paris

Ne manquez pas les deux expositions consacrées au couturier Belge Martin Margiela à voir dans les musées Parisiens de la mode et des arts cet été !

Margiela expose sa robe en bagues de fiançailles vintage, un modèle féerique et emblématique de l’ADN mode du couturier.

C’est au sein de l’exposition « Margiela, les années Hermès » au Musée des Arts Décoratifs de Paris jusqu’au 2 Septembre 2018 que Margiela expose sa robe en bagues de fiançailles vintage. Elle est présentée dans le cadre de la collection « artisanal » et prêtée par la Maison Margeila.

Aussi, l’exposition « Margiela / Galiera, 1989-2009 » au Musée Galliera jusqu’au 15 Juillet 2018 est une première rétrospective consacrée à Martin Margiela à Paris. « L’exposition retrace, du printemps-été 1989 au printemps-été 2009, la carrière du créateur belge qui questionna aussi bien les structures du vêtement que les systèmes de la mode. »

L’exposition au MAD consacre un moment fort sur les vêtements de la collection « artisanal » Haute Couture, notamment conçus avec une récupération de bijoux et accessoires vintage, installé au sein d’une belle scénographie autour des créations pour Hermès.

Margiela expose sa robe en bagues de fiançailles vintage

Margiela expose sa robe en bagues de fiançailles vintage
Créations originales de Martin Margiela – Bijoux vintage, en savoir plus

L’exposition consacrée à Margiela au Musée des Arts Décoratifs de Paris présente deux modèles de création unique, prêtés par la Maison Margiela, conçus sur la base de recyclage de bijoux vintage. C’est en 2005 que la maison a officiellement présenté la collection « Artisanal », dont les pièces, réalisées à la main dans l’atelier parisien, étaient auparavant intégrées aux collections de prêt-à-porter. L’étiquette de cette ligne indépendante a adopté le numéro 0 et ses collections ont défilé durant la semaine de la haute-couture parisienne de cette année là.

Son ADN mode : le blanc, le recyclage, le détournement, le trompe-l’œil, les blouses blanches, l’anonymat.

Margiela expose sa robe en bagues de fiançailles vintage
Margiela expose sa robe en bagues de fiançailles vintage

Automne-Hiver 2007- Cette robe est confectionnée à partir de bagues de fiançailles anciennes (vintage)

Printemps – Eté 2006 – Des colliers anciens sont assemblés sur une structure en baleines. Ils ont été pesés afin de répartir un poids équivalent autour du corps. Pièce unique de la collection « Artisanal »

Margiela expose sa robe en bagues de fiançailles vintage
Création avec des colliers vintage -Margiela

Je vous propose de découvrir à travers cette vidéo un défilé de Margiela Haute Couture Collection spring/summer 2013 « Artisanal » at Paris Fashion Week.

[embedyt] https://www.youtube.com/watch?v=cAU_6Qg8aOc[/embedyt]

Pour en savoir plus sur l’exposition au MAD, vous pouvez consulter cet article sur le site de expointhecity

Extrait : « Le messager du changement »

Pour la première fois en France, nous pouvons admirer les collections de prêt-à-porter féminin que Margiela aura dessinées pour la célèbre maison parisienne. Directeur artistique de la maison Hermès de 1997 à 2003, il y a insufflé son esprit conceptuel, son goût pour la déstructuration et l’innovation. Hermès fait figure de modèle lorsqu’il s’agit de luxe à la française, tradition et classicisme étaient bien évidemment leur mot d’ordre. Pourtant, avec l’arrivée du jeune prodige, la maison créée en 1837 connaîtra un souffle nouveau , re-définissant le luxe contemporain.  Car c’est bien en cela qu’il déchaîne les foules : son esprit novateur exceptionnel redessine les classiques de la mode contemporaine. L’exposition prend pour point de départ l’univers qu’il déploie chez Hermès pour analyser ensuite l’évolution de celui qu’il crée avec sa propre marque Maison Martin Margiela. L’histoire en bref d’un talent et de ses pérégrinations artistiques. »

Pour explorer l’univers Margiela, je vous conseille la lecture de son empreinte digitale : sa biographie sur le magazine ELLE et un article intéressant sur le journal du luxe